16 novembre 2006

Une bouteille à la mer

Bon, c'est décidé je me lance sur Internet pour faire partager mes efforts vers le taoïsme.

Poème de l'Immortelle

Certains rêvent du chemin des nuages. Il n'en existe nulle trace. Il passe sur les hauts pics escarpés, sur les torrents aux dragons mugissants. L’herbe verdoie ici et là.Le soleil parcourt le ciel d'Est en Ouest et bien au-delà.Vous vouliez connaître le chemin des nuages?

C'est partout dans l'espace.

Les hommes naissent aujourd'hui pour, tôt ou tard, mourir.

Hier, moins de trente ans, souffle puissant, muscles vigoureux,

Les voilà, plus de soixante-dix ans, épuisés de douleurs et de chagrin.

Comme la fleur de printemps, épanouie à l'aurore, flétrie au crépuscule.

On voudrait suivre le Tao. Mais le Tao s'obtient par soi-même :

Il suffit de clore la porte aux visites importunes,

Mais être prêt à accueillir les génies,

Approfondir les secrets subtils, à la lueur de la lune,

Scruter les raisons profondes jusqu'à l'aube.

Dix mille fois on en perd la trace.

Ainsi on parvient au Tao.

Je ris de tout le passé. Je ris tout autant de l'avenir.

Rions ensemble, sans jamais nous arrêter,

r Jusqu'aux confins de l'Est, jusqu'à l'extrémité de l'Ouest.

Lan Cai He, in la Voie du bambou, par Yen Chan

Posté par sicouzac à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Une bouteille à la mer

Nouveau commentaire